2021

Des souhaits pour 2021,

Avec le « temps des Fêtes » j’avais coutume d’essayer de voir le plus grand nombre de personnes possible et de multiplier les souhaits, de faire ma propre carte de voeux avec une de mes photos, et bien d’autres choses encore, toutes aussi bonnes les unes que les autres pour l’humeur et le moral.

Cet automne, je me suis rendu compte que je devais restreindre mes contacts, même distanciés, car, constater un peu partout de nouvelles inventions et initiatives improvisées par tout-un-chacun sous couvert de sécurité me rendait un tantinet agressif. J’essaierais donc de savoir un peu mieux demeurer en repos, dans ma résidence. Ce n’est pas le temps d’être agressif quand les gens sont insécures et ont peur. Même les tentatives d’humour, peut-être malhabiles, devenaient alors souvent suspectes et mal reçues. 

Des souhaits? Je n’avais encore, même au moment de commencer ces lignes, pas d’idée de ce que je pourrais bien faire ou souhaiter cette année.

À l’automne 2015, quand j’ai recommencé à étudier plus fondamentalement les questions de développement, j’ai été en colère. En colère de constater que, durant les années où j’ai « gagné ma vie » en étant relativement content d’aider des gens, de faire de l’amélioration de la qualité et du  » développement durable », « on » avait continué de faire les mêmes niaiseries et les mêmes destructions … mais plus intensivement et plus efficacement qu’avant. Ce n’est certainement pas par hasard qu’on fait les mêmes erreurs pendant 30 ou 40 ans. Ces mêmes problèmes qui avaient perduré et même empilés durant ces années m’étaient déjà inacceptables quand j’étais jeune. Dans les années 60 et 70, nous avions le sentiment ferme que « ça allait bien aller », pour tout-le-monde. Constater que ça ne va pas bien pour de plus en plus de gens, et pour la planète elle-même, au contraire, ça laisse un goût très amer, un goût qui mène au découragement ou à la colère. Pas à l’optimisme et à la confiance en tous cas.

Cet épisode de la crise capitaliste, qu’on nomme cette fois-ci sanitaire, avec quelques allusions à « sécuritaire », n’est certainement pas pour me rendre la bonne humeur et me donner confiance, ni dans l’avenir immédiat, ni dans nos dirigeants ou entrepreneurs actuels. Qu’ils soient en Occident, en Orient, ou ailleurs.

Non, la situation ne va certainement pas s’améliorer toute seule, en se fiant uniquement sur les catégories de gens sur lesquelles on s’en remet globalement depuis 40 ou 50 ans.

Me faire dire aujourd’hui que ça va bien aller et voir les mesures de plus en plus autoritaires, et qui semblent, au mieux, inutiles, de nos « démocraties » , achève de me miner la bonne humeur. J’espère que ce ne sera pas durable.

Me faire dire ensuite que c’est de « notre » faute si ça ne va pas bien n’arrange ni mon humeur ni ma patience. Oui, oui, c’est de notre faute si, après des dizaines d’années de « rationalisation » du système de santé, on en est encore à espérer que le personnel soignant va suppléer à toutes les carences de ce système et en espérant aussi qu’il respecte tous les protocoles sanitaires qu’on a expérimenté ou imaginé. (1, 2, 3)

C’est de notre faute si, après neuf mois de crise et de priorité numéro un, on en est encore à faire des suppositions sur l’utilité du masque (4, 5) et à écrire qu’il faut faire des études sur le traitement hâtif à HCQ (6). C’est sûr, dans un système essentiellement basé sur des traitements les plus tardifs possibles, croyant économiser durant ce temps, ça pose tout un problème, en commençant par un problème de recherche selon la conception et le financement de la science qui viennent avec ce système. Arrivé comme notre contemporain, dans les règles actuellement admises, ce qui implique d’être propulsé par un promoteur intéressé, le Bamlanivimab (7) aura été adopté rapidement. Il pose cependant le même problème puisqu’il s’agit d’un traitement qui doit prendre place tôt dans le déroulement de la maladie. Comment soigner hâtivement dans un système qui s’acharne à identifier et à accumuler les cas pour ne faire que les isoler, davantage que les autres, en attendant de voir s’ils seront suffisamment malades pour être admis à l’hôpital. Vouloir gérer l’ensemble de la société comme un hôpital semble aussi boiteux quand on considère l’état du système de santé. La facilité et l’efficacité avec lesquelles on a géré, et encore présentement, la situation dans les CHSLD n’inspire pas confiance pour le reste.

Il me semble que la très grande majorité des gens ont été et sont encore, confiants et pleins de bonne volonté mais que leur capacité et leur volonté à supporter l’isolement ont des limites qui ne devraient surprendre personne. J’ai vu bien des gens confus entre les consignes, ou simplement oublieux d’une consigne au profit d’une nouvelle qui la suivait. S’il y a des « je-m’en-foutistes » (personnellement, je n’en ai guère vus ailleurs que dans les médias), et des imbéciles (déjà beaucoup plus difficiles à identifier, même dans les médias), si les gens ne sont pas capables de se contenter de faire confiance, si les gens ont de la misère à se taire, à se tenir tranquilles et à se terrer, si les gens n’abandonnent pas spontanément le système D, si les gens ont peur, il n’y a peut-être qu’à supprimer encore un peu de démocratie ou de liberté, choisissez vous qui n’êtes pas un imbécile.

On ne change pas des systèmes politico-administratifs et économiques et des systèmes de santé qui fonctionne en « juste-à-temps » et en « flux tendus », avec la maladie, et même la mort, comme avec le reste, en criant lapin, ou plus exactement en dictant « lapins, cachez-vous ». Peut-être est-ce une question d’éducation et le système d’éducation devrait-il être lui aussi rationalisé pour être plus efficace, mais efficace en quoi au juste , et efficace pour qui?

Je ne sais toujours pas ce que je pourrais honnêtement (vous) souhaiter pour la nouvelle année, mais j’écris quand même pour (vous) dire que je ne (vous) oublie surtout pas et qu’il me pèse de plus en plus de demeurer silencieux avec tout ce que j’entends. J’écris à cause d’un certain amour du monde.

Tiens, après une marche dehors, j’ai deux idées de souhaits pour 2021. D’abord, pour ceux qui ont un hiver comme le mien, du beau soleil sur de la belle neige blanche. Ensuite, de ne pas être ostracisé si vous n’êtes pas vacciné. Cet ostracisme est malheureusement déjà commencé.

Un troisième souhait qui me vient pour celles et ceux qui considéreraient que ce que j’ai écrit est complot…. (8): que l’on ne vous compte pas demain parmi les ostracistes ni après-demain parmi les fascistes, ce qui pourrait bien être très mauvais pour notre santé à tous.

Bon, ça y est, j’ai sorti des gros mots, je ne les aime guère mais c’st la chose qu’il faut éviter, beaucoup plus que le mot. Et le mot, le bon mot, est peut-être une façon d’éviter la chose, c’est donc celui que je vais continuer à chercher car je n’ai pas le sentiment d’avoir très bien réussi ici, pas assez en tous cas pour ne pas mettre un tant soit peu d’huile sur le feu, et un peu de lumière au bout du tunnel.

Bon, bon, bon … Bonne année quand même, oui, espérons malgré tout, car c’est essentiellement malgré tout que l’espoir se dresse, au-delà du désir consumériste et pareil au même, de cadeaux ou de produits nouveaux.

Espérons bonne année.

Jean-Claude Boulet, (rédigé le 3 janvier 2021 pour l’essentiel)

– – –
Notes
1. https://www.parismatch.com/Actu/Sante/L-avertissement-du-docteur-mains-propres-1688645
2. https://www.youtube.com/watch?v=esFAIpNbuiM
3. https://www.mediterranee-infection.com/hand-hygiene-practices-of-health-care-workers-how-can-we-make-a-difference/
4. https://apps.who.int/iris/handle/10665/337199 (Un document daté du 1er décembre 2020, site consulté le 3 janvier 2021)
5, https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/M20-6817
6. « More decisive research is needed to assess its value in patients with mild disease or as pre- or post-exposure prophylaxis in patients exposed to COVID-19 » https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-busters?gclid=CjwKCAiA_eb-BRB2EiwAGBnXXs_xsWYgUOeMe8oK_XmDR00tR8g5LKsqBnh0-uhyc0JkApIJpeOSuxoCTtoQAvD_BwE#chloroquine (Consulté le 20 décembre 2020 et à nouveau le 3 janvier 2021)
7. https://www.bmj.com/search/advanced/title%3Abamlanivimab%20title_flags%3Amatch-all%20limit_from%3A1840-01-01%20limit_to%3A2021-01-01%20numresults%3A10%20sort%3Arelevance-rank%20format_result%3Astandard
8. https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/qui-profitent-les-theories-du-complot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *